Le Lemniscate

Appelé aussi Lemniskate ou massage en lemniscate.

 

Ce massage a été créé en 1861 par Rudolf STEINER, fondateur de l'Anthroposophie (pratique de transformation personnelle et sociale qui permet de concilier recherche spirituelle et engagement quotidien, éducation de soi et évolution du monde).

 

Le massage en lemniscate est un massage énergétique visant à élever le spirituel humain au spirituel de l'univers. Il tend à rétablir la paix et l'harmonie dans le corps et l'esprit afin que la personne qui le reçoit puisse faire face avec plus de sérénité aux problèmes de la vie quotidienne.

Il unifie les polarités de l'être et le relie harmonieusement à l'univers qui l'entoure. Il recentre et apporte le bien-être à celui qui le reçoit comme à celui qui le pratique.

 

Le Lemniscate relie le fini intérieur (organisme) à l'infini extérieur et favorise la circulation de l'énergie vitale. Cela contribue à éviter l'apparition des troubles lorsqu'il y a blocage de cette énergie.

 

Comment ?


Le Lemniscate dure environ 45 min à 1 h.

Il se pratique dénudé, sur une table de massage et nécessite l'utilisation d'huiles essentielles.

Le praticien utilise le mouvement du « 8 allongé » symbole de l'infini à chaque manœuvre thérapeutique. Ce mouvement est à la fois, fluide, rythmé et continu.

 

Pour qui ?


Etant un massage énergétique, le Lemniscate est particulièrement indiqué :

  • en cas d'asthénie (fatigue)
  • après une maladie
  • pour les personnes souffrant d'un syndrome dépressif léger,
  • pour les personnes ressentant des blocages.

 

Contre-indications


Il n'y a pas de contre-indications spécifiques, si ce n'est celles inhérentes aux massages.

 

 

 

 

 

 

" Au fond, l'anthroposophie ne doit pas être autre chose que cette sophia, cet état de conscience, cette expérience intérieure de l'âme humaine qui rend l'homme pleinement humain. L'interprétation correcte du mot " anthroposophie " n'est pas " sagesse de l'homme ", mais " conscience de son humanité ", c'est-à-dire éduquer sa volonté, cultiver la connaissance, vivre le destin de son temps afin de donner à son âme une orientation de conscience, une sophia ".

Rudolf Steiner.
conférence du 13 février 1923 à Stuttgart